Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 mars 2009 5 27 /03 /mars /2009 15:20
Historique de la race Montbéliarde
http://www.montbeliarde.org
http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/zoologie-1/r/franche-comte/d/ok-decouvrir-la-vache-race-montbeliarde_712/c3/221/p1/


La race Montbéliarde a fait parler d'elle la première fois en 1872 lorsque Joseph GRABER, éleveur à Couthenans, exposa sous cette appellation un lot de vaches sélectionnées au concours agricole de Langres.

La reconnaissance officielle, elle, ne viendra qu'en 1889, grâce à l'action conjuguée des éleveurs et des notabilités de la région de Montbéliard. Et, un siècle après, la race Montbéliarde constitue la quasi totalité de la population bovine de Franche-Comté. Elle est aussi solidement implantée dans tout l'est, le sud-est et le centre de la France. Elle a même constitué des noyaux importants dans le sud-ouest et l'ouest. Elle est exportée dans le monde entier et, à ce titre, elle représente un des fleurons de l'élevage français. Son poids dans l'économie franc-comtoise est considérable car elle est à la base du revenu des exploitations agricoles de cette région.



L'élevage franc-comtois au XIXe siècle


Dans la partie basse, les fermes étaient groupées en gros villages, les terres extrêmement morcelées et la prairie occupait une place restreinte. Les exploitations de petites dimensions avaient pour la plupart d'entre elles des ressources complémentaires avec les charrois, les activités industrielles ou le travail du bois. Les surfaces en vigne étaient considérables et l'élevage peu important, avec un bétail généralement mal soigné. Les agriculteurs entretenaient quelques vaches souvent utilisées pour la traction. Le bétail était de race Fémeline, race à tout faire, qui produisait le lait pour les besoins locaux ainsi que des animaux de viande. Les foires de Haute-Saône avaient déjà acquis une certaine notoriété et expédiaient des animaux aussi bien vers l'Alsace que sur Paris.

Dans la montagne et surtout dans les plateaux supérieurs du Jura l'habitat est plus dispersé. La prairie a toujours occupé une grande place avec souvent d'importantes étendues de pâturages communaux et, différence essentielle avec la partie basse, la collecte et la transformation du lait étaient déjà organisées dans le cadre des fruitières. Le cheptel existant, de race Tourache était donc exploité pour le lait mais fournissait aussi de bons bœufs de trait appréciés pour le travail en forêt et le transport du bois. En réalité la délimitation entre Fémeline et Tourache (ensuite appelée Comtoise) était assez incertaine, les deux races n'étant pas très homogènes et les métis nombreux.

Vers la fin du siècle, la situation allait se transformer dans la partie basse de la région. L'activité industrielle a périclité ; la population rurale a fortement diminué et les friches ont gagné. Seule la petite région de Montbéliard y a échappé, l'industrie s'est modernisée et développée et l'agriculture a prospéré sous l'impulsion des fermiers Mennonites venus de Suisse. Ces derniers, grâce à une meilleure alimentation et à une sélection déjà ancienne possédaient un cheptel bovin d'une meilleure conformation et d'une meilleure productivité que la moyenne. Ils disposaient d'une véritable race locale caractérisée par l'uniformité de sa robe, l'harmonie de ses formes et ses qualités bouchères.


La naissance de la race Montbéliarde


Cette population bovine avait participé à des concours avant 1870 sous le nom de race Franco-Suisse. Et c'est en 1872, nous l'avons déjà dit, que la dénomination de "race Montbéliarde" fut utilisée pour la première fois. C'est sous ce nom qu'un lot avait été présenté par le comice agricole de Montbéliard à l'Exposition Universelle de Paris en 1889.

Elle fut reconnue la même année et le Herd-Book était créé le 2 décembre 1889. Parmi les personnalités qui ont joué un rôle dans la reconnaissance de la race, il faut citer Gustave CUVIER, président du comice de Montbéliard ; M. BOULLAND, vétérinaire à Montbéliard, vice-président du comice et qui sera le premier président du Herd-Book, M. VASSILIERE, inspecteur général de l'Agriculture et Jules VIETTE, député de Montbéliard et ministre de l'Agriculture en 1889.

Dès cette époque les options prises par les fondateurs de la race se sont révélées judicieuses et témoignent d'un sens aigu des réalités économiques. L'image de marque de la Montbéliarde allait ainsi rapidement s'imposer dans son identité et son originalité. L'orientation laitière a permis d'assurer l'approvisionnement des fruitières qui se sont développées après 1900 jusque dans les zones de plaine et des débouchés importants ont été conquis pour la fourniture d'animaux aux laitiers du Midi de la France. Ainsi rien que pour l'année 1910, il est parti de la gare de Morteau 4 000 vaches laitières. Ce marché qui s'est étendu par la suite à l'Algérie est resté extrêmement important pour les éleveurs Montbéliards jusque dans les années 50.

Très rapidement en effet, la race Montbéliarde s'était imposée dans toute la partie montagneuse du Doubs. Elle a reçu l'appui des éleveurs du Val de Morteau qui, sous l'impulsion de Joseph MAMET des Fins et avec la création des syndicats d'élevage, allaient lui donner ses vraies lettres de noblesse



Les syndicats d'élevage


Les syndicats d'élevage ont été les cellules de l'amélioration du cheptel pendant un demi-siècle jusqu'à la création des centres d'insémination artificielle.

Leur promoteur, Benjamin KHOLER, professeur d'agriculture à Montbéliard, puis directeur de l'Ecole de laiterie de Mamirolle, en avait étudié le fonctionnement en Suisse et en Allemagne. Les deux premiers syndicats d'élevage du Doubs, et sans doute de France, ont été créés en 1901 à Grand-Charmont sous l'impulsion de M. VERNIER, instituteur, et aux Fins sous la présidence de Joseph MAMET. M. MAMET va devenir un des plus grands noms de l'élevage Montbéliard. En 1903 une association générale des syndicats d'élevage est créée et, à partir de 1910 sous la présidence de Benjamin KOHLER, assisté de 3 vice-présidents : Joseph MAMET, M. GOGUEL-FERRAND et Louis BOLE, elle s'établit sur des bases solides et prend réellement de l'ampleur. Le rôle des syndicats devient primordial dans le choix des taureaux de monte publique, l'enregistrement des saillies et des naissances, la gestion de l'état-civil des animaux, complèté par des pointages de conformation. L'association générale devenue UNION DES SYNDICATS D'ÉLEVAGE DU DOUBS préconise et organise dès 1914 le contrôle laitier et en assurera la gestion dans le Doubs jusqu'en 1963. L'action de Francis MAMET, éleveur aux Fins et président de l'Union de 1934 à 1956, fut prépondérante dans la vulgarisation et le développement de cette technique.

http://www.montbeliarde.org
http://www.futura-sciences.com/fr/doc/t/zoologie-1/r/franche-comte/d/ok-decouvrir-la-vache-race-montbeliarde_712/c3/221/p1/

Partager cet article

Repost 0
Published by JEPELE - dans Animaux
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : j'aime la Franche Comté
  • : La Franche Conté ! vous connaissez ? voici un choix d'articles et de liens pour vous la faire découvrir ou mieux connaitre
  • Contact

Information

Des images et des commentaires proviennent du NET au fil de mes recherches.
Ils sont en principe libres de droits.
Si toutefois ce n'était pas le cas je les supprimerais immédiatement.

merci de m'en informer

compteur

Compteur de présence

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog