Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
11 avril 2009 6 11 /04 /avril /2009 17:09

La région des Mille Etangs en Haute Saône compte de nombreuses tourbières, marais très particuliers gardant les empreintes des glaciers qui recouvraient autrefois la région et porteurs d'une histoire de près de 10 000 ans. Les espèces végétales et animales qui y vivent sont variées, parfois curieuses, souvent rares et protégées.
Ces milieux sont intéressants aux niveaux écologiques, culturels, scientifiques...
Profitez de votre séjour en Haute-Saône pour partir à la découverte des tourbières!


 
Que sont les tourbières? 

Lorsqu'un marais présente une certaine acidité et une absence d'oxygène, des sphaignes hydrophiles (petites plantes de la famille des mousses) croissent. Etouffées par ce milieu, les bactéries ne peuvent se développer, ce qui empêche la décomposition des matières végétales mortes qui s'accumulent sur le sol en formant la tourbe. D'autres espèces de sphaignes se développent alors, et peu à peu le marais acide se transforme en tourbière.
Ces milieux ont un climat particulier, très chaud l'été et très froid l'hiver, qui permet
le développement d'une faune et d'une flore exceptionnelle.


A quoi servent les tourbières?

Dans les Vosges Saônoises, la tourbe a souvent été exploitée comme combustible. Les extractions successives ont effacé la forme bombée des tourbières, et les ont ainsi rendues moins intéressantes scientifiquement.
Les tourbières intactes sont en effet
de remarquables archives dans lesquelles il est possible de lire les climats anciens. La croissance continue des sphaignes emprisonne au fur et à mesure de leur dépôt les grains de pollens issus des environs de la tourbière et apportés par le vent. L'acidité de la tourbe permet leur conservation; leur identification et leur comptage dans les strates de la tourbe permet de suivre l'évolution de la végétation du voisinage et, par la même occasion, de suivre les variations du climat. Dix centimètres de tourbe rapportent un siècle d'histoire!



Que trouve-t-on dans les tourbières hautes-saônoises?
 


Les tourbières sont les conservatoires d'une flore remarquable, souvent rare et protégée. On pourra par exemple y voir :
- des Sphaignes de Magellan, une variété unique en France. Elles sont à l'origine du développement de la tourbière. Ces mousses sont extrêmement absorbantes : un kilogramme de sphaignes peut retenir jusqu'à dix litres d'eau!
- des Droseras et des Utriculaires, des petites plantes carnivores très voraces.
- des Camarines ou Canneberges, petits arbrisseaux qui ne poussent habituellement qu'en Scandinavie (mais qui se vendent aussi en Haute-Saône, à
la ferme de la Marquise). Ils sont les survivants des glaciers disparus lors du réchauffement climatique.
- des Violettes des Marais, une fleur en voie de disparition

 

La faune est tout aussi intéressante et curieuse. Si les nombreux moustiques et insectes prédateurs, de même que les oiseaux, se laissent assez facilement apercevoir, les amphibiens sont plus discrets. Les tourbières comptent pourtant de nombreuses espèces de grenouilles, crapauds, lézards, tritons,serpents... Parmi eux la couleuvre à collier peut atteindre 2 mètres de long...
Les papillons, dont certains sont très rares, sont tout aussi nombreux.
 
Cette faune et cette flore sont protégées, respectez-les : ne cueillez pas les plantes, ne tentez pas d'attraper les animaux.

 

Où voir une tourbière en Haute-Saône? 

 

La tourbière la plus connue du département est celle de la Grande Pile, à Saint-Germain : elle a fourni un enregistrement des fluctuations climatiques sur les derniers 135 000 ans qui sert de référence pour l'Europe occidentale.
La tourbière des Grands Faings, sur la commune de Beulotte-Saint-Laurent, donne le tableau le plus complet de la flore si particulière de ce milieu. Elle a été en partie exploitée, des marais acides présentent donc des stades jeunes, qui côtoient des stades très anciens.
Une curieuse tourbière flottante formant une "peau" à la surface de l'eau peut être observée sur l'étang du Boffy, à proximité de
Servance.
Le Sigle à
Ternuay, les Couas à Servance, les Murots à Corravillers présentent également un intérêt élevé.

articles, photos :
http://la-haute-saone.com/index.php?IdPage=1217324077

http://www.les-mille-etangs.com/tourbiere.htm
http://natura2000.environnement.gouv.fr/sites/FR4312004.html
 


D'autres tourbières très intéressantes peuvent être vues dans les Vosges, dans
le Doubs ou, pour encore plus de dépaysement, au Canada, en Russie, ou encore en Indonésie.

Tourbières de Frasne (Doubs)

articles, photos, plans :

http://www.frasne.net/tourbieres/tourbiere.htm

 

Le sentier de découverte des tourbières de Frasne est actuellement en train d'être réaménagé














LA FORMATION D'UNE TOURBIÈRE

 

Schémas des principales étapes de la formation d'une tourbière (extraits de la brochure sur le "sentier de découverte" publiée par la Commune de Frasne)
13 000 à 8 000 ans av. J.-C.


Le glacier jurassien, qui recouvrait monts et plateaux, fond progressivement. Il charrie des blocs et des cailloutis qu'il dépose : les moraines.

Le paysage apparaît comme une immensité glacée et un désert de cailloux, parsemé de grands lacs.

 

6 000 ans av. J.-C. - Hiver doux, été chaud et sec


Un lac s'étend dans la dépression abandonnée par le glacier et tapissée d'une couche d'argile.

Ses berges sont colonisées par la végétation des marais : nénuphars, laîches (carex), saules...

Les végétaux morts ne se décomposent qu'en partie dans l'eau, qui devient de plus en plus acide. Leur accumulation forme une couche de vase puis une couche épaisse de tourbe blonde.

Les forêts environnantes de bouleaux et de pins donnent un paysage vert.

 

3 000 av. J.-C. - Climat doux et humide

 



Le marais a comblé la dépression par des dépôts de tourbe. Il ne reste du lac qu'une petite mare centrale. L'eau du marais s'acidifie car le ruissellement d'eau calcaire ne s'effectue plus. L'alimentation se fait donc par de l'eau de pluie qui est acide et la tourbe accumulée libère des matières acides suite à sa décomposition partielle.

Des petits coussins de mousses, les sphaignes, se forment et ne cessent de s'accroître. Les sphaignes aspirent l'eau et haussent le niveau de la nappe. Elles déposent une couche de tourbe noire.

Des forêts plus denses de hêtres et de tilleuls envahissent les régions environnantes.

 

1 000 ans av. J.-C. - Climat frais et humide

 



Le chevauchement des sphaignes donne une forme bombée à la tourbière. L'accumulation des sphaignes mortes, incomplètement décomposées, permet l'épaississement de tourbe noire.

La mare centrale, très réduite, est la seule partie où les sphaignes s'accroissent encore et où la tourbe se forme. Là, la tourbière est vivante.

Sur les pourtours croissent pins à crochet, myrtilles, callunes sur une tourbe plus sèche. Là, la tourbière est morte.

Les forêts de hêtres et de sapins sont celles que nous pouvons observer dans le paysage actuel.

 

Du XVIIIe siècle à nos jours

 



Dès le XVIIIe siècle l'homme exploite les tourbières de façon parfois intense. Il "tire la tourbe" noire et dédaigne la tourbe blonde de qualité médiocre.

Les fosses abandonnées vers 1950, très visibles dans le paysage, ceinturent la tourbière et témoignent des modes d'exploitation.


En fonction des drainages effectués pour l'exploitation, les anciennes fosses se remplissent d'eau. Les sphaignes s'y développent à nouveau et la tourbe s'y dépose. La tourbière est rajeunie.



Partager cet article

Repost 0
Published by Doubiste - dans Nature
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : j'aime la Franche Comté
  • : La Franche Conté ! vous connaissez ? voici un choix d'articles et de liens pour vous la faire découvrir ou mieux connaitre
  • Contact

Information

Des images et des commentaires proviennent du NET au fil de mes recherches.
Ils sont en principe libres de droits.
Si toutefois ce n'était pas le cas je les supprimerais immédiatement.

merci de m'en informer

compteur

Compteur de présence

Il y a actuellement    personnes connectées à Over-Blog dont    sur ce blog